Μουσείο - Βιβλιοθήκη - Στρατή Ελευθεριάδη - Tériade

"Si j'ai pu réussir à rapprocher les poètes et les peintres au travers de ces livres, je le dois principalement au fait que ces hommes ont vu en moi d'abord un ami,un des leurs, parlant la même langue qu'eux. Sans l'amitié, je ne serais parvenu à rien. Ne demandez pas d'autre explication. Il n'y a ni héros ni mystère."

Tériade

BIOGRAPHIE
Stratis Eleftheriadis - Tériade

Museum TériadeStratis Eleftheriadis Tériade est né à Mytilène en mai 1897 et est décédé à Paris en octobre 1983. A 18 ans, il quitte Lesbos pour Paris où il étudie le droit, sans toutefois cessé de penser à la peinture, à laquelle il s’était adonné lui-même pendant son adolescence. Au contact des milieux artistiques parisien, son intérêt pour la peinture prit une forme plus approfondie qui le conduisit à la critique d’art.
C’était le début de l’époque de l’Art Moderne et Tériade entre petit à petit dans le cercle des créateurs d’Avant Garde et des promoteurs de ce mouvement. Il collabore d’une manière créative et déterminante avec les plus grands noms de l’édition d’Art de l’époque, comme Christian Zervos, Albert Skira, Maurice Reynald et d’autres, pour l’édition des livres, journaux et revues d’art. Le temps passant et l’expérience s’accumulant, son nom commença non seulement à être connu mais respecté.
En 1937, il fonde sa propre maison d’édition VERVE qui publiait surtout la revue trimestrielle du même nom. A sa publication collaborèrent les noms les plus illustres de la littérature, de la peinture et de la sculpture. Ainsi commence une incomparable œuvre, aussi bien en ce qui concerne la qualité de la présentation que du contenu, qui se poursuivit jusqu’en 1971. Tout en travaillant à l’édition de VERVE, Tériade eut l’idée d’inciter ses amis artistes à collaborer à l’édition, nous pourrions dire la création des Grands Livres que nous pouvons admirer dans les salles du musée. Nous remarquons que les exemplaires de VERVE sont des reproductions de peintures, sculptures et déjà existants tandis que les Grands Livres sont des œuvres originales, lithographies eaux-fortes et bois gravés tirés à la main, à un nombre d’exemplaire limité (180-250 ex). Ils sont tous numérotés et signés par l’artiste.
La conception du livre illustré découle de l’expérience acquise par Tériade durant son travail dans l’édition d’art ainsi que de sa connaissance profonde de la peinture et des manuscrits illuminés du Moyen-Age. En plus, il avait le don d’inspirer les artistes de son temps et de ce fait, il a réussi à associer intimement de la peinture et de la poésie. Après le don du musée Théophilos à la ville de Mytilène (1964), œuvre entièrement financée par lui-même, Tériade a la clairvoyance de concevoir l’idée d’un musée qui abriterait l’ensemble de son œuvre d’éditeur. La matérialisation de cette idée est le musée actuel, de la région de l’Egée du Nord. L’édifice a été conçu et réalisé par l’architecte George Yannoulelis.
Sans soucis de coût de cette fondation, Tériade a voulu que chaque visiteur puisse admirer et assimiler au maximum la beauté exceptionnelle de ses livres. En tout état de cause il était impossible de les feuilleter…Il conçut donc le principe de la présentation actuelle de ces œuvres d’art : dans chaque salle est exposé, dans une vitrine, un exemplaire original entier de Grand Livre, tandis que sur les murs, sont accrochés la plupart des illustrations et textes composant ce même Grand Livre.
Ces illustrations et textes sont les premières épreuves d’essai, avant le tirage final des exemplaires numérotés. Très souvent, sur ces épreuves apparaissent les notes de correction des artistes. Le visiteur peut donc suivre les résultats de l’effort créatif au service de l’inspiration et participer ainsi au dialogue entre peinture et poésie. Ceci était d’ailleurs le but de Tériade et nous pourrions appeler ce musée « à Livre Ouvert ». Un peu de temps avant sa mort, Tériade a donné au musée 37 peintures choisies de Théophile qu’il avait rassemblées pour ses expositions, 6 peintures de Tsaruhis et 3 de Kaligiannis qui sont présentées dans le musée avec plusieurs encore données par d’autres peintures.